Vous êtes ici

migrations, femmes et discrimination

Soumis par Sabine le 25 Juin, 2012 - 10:26

 

De nombreux évènements sont organisés sur le thème des femmes et des discriminations qu’elles subissent.

Un séminaire très riche a eu lieu le 26 octobre dernier sur le thème de l’insertion professionnelle des femmes primo-arrivantes http://www.infofemmes13.com

A cette occasion, Chahla Beski-Chafiq, directrice de l’ADRIC a présenté le guide méthodologique « Femmes primo-arrivantes, de l’accueil à l’intégration ». L’ADRIC http://www.adric.eu/index.php?option=com_content&view=featured&Itemid=101 réalise depuis de nombreuses années des guides et des études sur différents thèmes dont l’axe principal est l’accompagnement à la démarche interculturelle.

Le guide est une synthèse dont l’objectif est de capitaliser les savoirs en combinant travail de terrain et recherches théoriques sur le thème de l’intégration des femmes primo-arrivantes. L’originalité et l’intérêt de l’approche de ce guide consistent à penser autrement l’insertion professionnelle en abordant ce sujet de façon globale  ce qui demande de prendre en compte le projet familial de ces femmes et aussi leur situation sociale, économique, et culturelle.

Jacqueline Costa-Lascoux est venue compléter cette présentation en précisant la méthode de travail de l’ADRIC. Elle nous a également relevé certaines particularités et obstacles que rencontrent ces femmes.

Au cours de cette journée, d’autres témoignages très intéressants se sont exprimés. Plusieurs associations marseillaises travaillent avec les femmes migrantes et ont fait état des différentes méthodes qu’elles déploient en faveur de ces publics. J’ai pu constater une grande diversité dans les approches. Certaines favorisent les savoirs faire traditionnels comme l’association Femmes d’ici et d’ailleurs. D’autres ont une approche  qui prend en compte les difficultés psychologiques comme Confluences Méditerranéennes qui travaille en amont sur l’accompagnement post-traumatique afin d’aider ces femmes dans leur insertion professionnelle. D’autres encore travaillent sur l’histoire des migrations comme Ancrages http://ancrages.free.fr/ ou ont choisi l’axe de l’information juridique comme le cidff  http://www.infofemmes13.com/index.php

Une véritable volonté de collaboration et de mise en commun des compétences a fait jour au fil de cette journée et de nombreuses pistes ont été lancées au fil des rencontres et des échanges.

Le 3 novembre, une journée a également été consacrée à la promotion des droits des femmes migrantes. De nombreuses associations aux activités diverses étaient présentes et là encore une volonté de collaboration et de mise en commun a fait jour. En revanche, les actions de certaines associations sont qualifiées d’ « interculturelles » mais dans un sens très différent de celui auquel je fais moi-même référence. Il est fréquent d’observer des évènements qui consistent simplement en des rencontres de femmes de cultures différentes autour de la réalisation de plats typiques, de cours de cuisine ou d’alphabétisation. Ces rencontres ne sont ni inutiles ni dénuées d’intérêt car elles ont somme toute le grand avantage de faire se rencontrer des personnes qui ne se rencontrerait pas hors de ce contexte. Elles créent bien souvent de la sympathie entre les personnes et permettent de lever les tout premiers préjugés au contact de l’ « autre ». Cependant, je qualifierais plutôt ces rencontres de multiculturelles ou pluriculturelles et non d’ « interculturelles ».  Le travail sur les préjugés reste superficiel et on peut se demander si un changement profond s’opère lors de ces rencontres.